La non-déclaration de l’indépendance*

Pourront-ils faire leur indépendance ? La question est intéressante, mais la réponse est assez simple. Non. La Catalogne vient de faire une non-déclaration de son indépendance. L’opposition internationale à cette déclaration est unanime. Le régime catalan n’avait même pas la bénédiction d’un seul état pour tenir son référendum. Une fois le résultat connu, les sbires du statu quo ne viendront sûrement pas faciliter la tâche d’une gang de séparatistes. Après tout, certains seraient prêts à les chasser! Toujours est-il que je vous propose de faire un petit tour du monde, histoire de voir ce qu’il se dit au sujet des événements des dernières semaines en Catalogne.

Emmanuel Macron
Président de la France

« Emmanuel Macron a apporté lundi son soutien au gouvernement espagnol de Mariano Rajoy en déclarant «son attachement à l’unité constitutionnelle de l’Espagne», a indiqué l’Elysée, au lendemain d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne marqué par des violences policières. Au passage, le Président n’a pas discuté des violences policières commises sous les ordres du gouvernement de Mariano Rajoy.»

Que voulez-vous, lorsque la démocratie est menacée, il faut l’imposer:-)

http://www.liberation.fr/france/2017/10/02/catalogne-macron-soutient-rajoy_1600365

Felipe VI
Roi d’espagne

« Dans une charge aussi rare que cinglante, Felipe VI a accusé les dirigeants catalans de s’être placés « en marge du droit et de la démocratie » en organisant le référendum de dimanche. « Avec leur conduite irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité économique et sociale de la Catalogne et de toute l’Espagne »
Il est toujours intéressant de voir un souverain s’exprimer sur la démocratie…

http://www.lepoint.fr/europe/catalogne-la-reponse-cinglante-du-roi-d-espagne-03-10-2017-2161829_2626.php

Justin Trudeau
Premier Ministre du Canada

« En conférence de presse à Ottawa, mardi, le premier ministre Trudeau avait refusé de commenter les événements qui se jouent en Catalogne. Il s’était dit « convaincu » de l’importance du droit des peuples à l’autodétermination, mais il avait du même souffle refusé de critiquer Madrid(…) les autres pays ne devraient pas se mêler de questions identitaires ou de souveraineté.»

Je doute de la sincérité de ce Premier Ministre, lorsqu’il mentionne qu’il est convaincu de l’importance du droit de peuples à l’autodétermination.  Vous connaissez la chanson de Philippe Katerine «Bla-Bla-Bla» ?

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1057270/canada-quebec-justin-trudeau-philippe-couillard-espagne-catalogne-referendum-independance

Donald Trump

Président des États-Unis
«Je pense que l’Espagne est un grand pays et qu’elle devrait rester unie.»
Concrètement, le Président se contrefiche de cette nouvelle et ne sait probablement pas où est située la Catalogne.

http://www.rtl.fr/actu/international/referendum-en-catalogne-trump-espagne-7790243142

Angela Merkel

Chancellière de l’Allemagne

« La chancelière Angela Merkel est contre l’indépendance de la Catalogne et a fait savoir qu’elle soutenait le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.»

Le pays le plus influent de la zone Euro ne pouvait pas soutenir une autre position que celle-ci. D’autant plus que le Brexit bat son plein.

https://www.ouest-france.fr/europe/espagne/catalogne/espagne-angela-merkel-contre-l-independance-de-la-catalogne-5301464

Luis Guindos
Ministre espagnol de l’économie

« Ce n’est pas une question d’indépendance ou pas d’indépendance. C’est une question de rébellion contre l’Etat de droit et l’Etat de droit est la base non seulement du vivre-ensemble en Espagne mais aussi du vivre-ensemble en Europe ».

L’État espagnol tente de réduire ce processus d’indépendance à une simple rébellion, où ses auteurs seront traduit en justice après les faits.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/10/10/97002-20171010FILWWW00175-catalogne-l-ue-soutient-madrid-selon-le-ministre-de-l-economie.php

En conclusion, cette histoire ne peut pas bien se terminer. Les Catalans n’auront plus jamais confiance à l’Espagne et la Catalogne n’obtiendra jamais la reconnaissance d’un seul État. Pire, la région y perdra probablement une grande partie de son autonomie. Le principe de l’autodétermination des peuples est bel et bien révolu. Si vous n’êtes pas convaincu de cette affirmation, vous irez lire sur la réponse du gouvernement irakien au sujet de la victoire des indépendantistes au Kurdistan irakien.

*Expression qui m’a été inspirée par une chanson de Georges Brassens. (La non-demande en mariage) En fait le Président catalan, Carles Puigdemont, a déclaré l’indépendance et l’a suspendue aussitôt, histoire d’en venir à une solution négociée avec l’Espagne.

 

Un coup dur pour Bombardier

Le gouvernement américain vient d’annoncer qu’il allait imposer des droits compensation de 220% sur les avions de la CSeries de Bombardier. C’est une plainte du constructeur Boeing, qui a mené à cette action protectionniste des Américains. Le constructeur jugeait que la compagnie canadienne effectuait du dumping*. L’origine de cette plainte provient de l’injection de 1,3 milliard du gouvernement québécois dans l’aventure de la CSeries.

Trois constats à faire:

  1. Cette aventure va coûter au Trésor québécois 1,3 milliard de dollars et 372 millions au gouvernement canadien. La prise de risque était douteuse et cette manœuvre commerciale va probablement avoir des impacts très néfastes sur l’avenir de la compagnie;
  2. Il faut se préparer, car les négociations de l’Alena seront pénibles;
  3. Comme le mentionnait Obélix : « Il est fou ce…»

*Pratique commerciale qui consiste à vendre un produit à l’extérieur du pays en bas du prix coûtant.

Les femmes au volant en Arabie-Saoudite

Le roi Salman d’Arabie-Saoudite vient d’y aller d’un décret qui devrait faire une petite révolution au royaume des Wahabites*. Les femmes pourront conduire une voiture dès juin 2018. Ce pays est le dernier à accorder ce droit aux femmes. Ce n’est donc pas pour demain qu’elles obtiendront le droit de vote. D’ailleurs, les hommes ne peuvent pas non plus voter dans cette monarchie islamique.

Sacrement!!! J’espère que personne ne va se réjouir de cette nouvelle navrante. Je me demande encore pourquoi nous collaborons encore avec des dictatures aussi rétrogrades. On appelle ça une culture A-R-C-H-A-Ï-Q-U-E !!!

*Le wahhabisme est un mouvement religieux réformateur, d’allégeance sunnite, qui a vu le jour en Arabie, au XVIIIe siècle. Fondé par Muhammad Abd al-Wahhâb, ce mouvement vise à épurer l’islam de toute pratique jugée déviante ou innovatrice. Se basant sur une interprétation littérale de la charia (loi coranique), les wahhabites réprouvent notamment les philosophes, les soufis et les chiites, qu’ils accusent d’avoir introduit des changements néfastes dans la pratique de l’islam. C’est en l’honneur du wahhabisme et de ses principes que Saoud créa le royaume d’Arabie Saoudite, en 1932.

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/actualite/attentat/taliban/religions.html

 

Les «indépendantristes*»

Le premier octobre prochain, les Catalans doivent se prononcer sur leur avenir au sein de l’Espagne. Avec les derniers événements, il n’est pas certain que ce peuple puisse se prononcer sur son avenir. Dans deux jours, le Kurdistan irakien va tenir un référendum sur son indépendance. Dans les deux cas, leur projet d’émancipation est mis à mal par l’État fédéral**. Il va sans dire que l’indépendance est désormais perçue comme un projet illégitime de la part de certains. Le principe de l’autodétermination des peuples, telle qu’établie par l’ONU, connaît des heures sombres. Deux peuples voulant procéder à une consultation sur leur avenir, qui sont victimes d’États démocratiques qui sont prêts à tout pour freiner des aspirations. Est-ce qu’il est encore possible de devenir indépendant ?

La Catalogne

Les événements des derniers jours en Catalogne sont révoltants, du point de vue d’un partisan d l’autodétermination des peuples et de la démocratie. L’État espagnol a décidé d’y aller d’un coup de force pour bloquer le référendum sur l’indépendance de la Catalogne qui doit avoir lieu le deux octobre. Arrestations de dirigeants catalans, saisis de dix millions de bulletins de vote, perquisitions… Tout est mis en œuvre pour empêcher la consultation. La raison invoquée par Madrid: L’Espagne, d’un point de vue constitutionnel, est indivisible. Cette attitude d’intransigeance est perçue par les indépendantistes catalans comme étant une violation du principe à l’autodétermination des peuples. Selon eux, la Catalogne est une nation qui réside sur un territoire circonscrit et qui peut se séparer. Il y a là un point de rupture important entre l’Espagne et la Catalogne. Si jamais, le référendum n’avait pas lieu, en raison de l’impossibilité physique de le faire, les traces des événements des derniers jours pourront être indélébiles.

Le Kurdistan


C’est aujourd’hui(25 septembre) que le Kurdistan irakien doit se prononcer sur son indépendance. Cette consultation se fera sans l’accord du gouvernement central de l’Irak et avec la désapprobation générale de la communauté internationale. Pour les opposants de cette consultation, l’indépendance de cette région viendrait fragiliser le climat politique qui est déjà très précaire dans la région. Bien, que le cas du Kurdistan est différent de la Catalogne, un fait demeure: on ne reconnaît plus le droit à l’autodétermination des peuples.

Il sera intéressant de suivre les événements dans ces pays dans les prochains jours, car l’entêtement des gouvernements centraux à ne peut reconnaître l’existence de nations à leur sein, pourrait tourner à leur désavantage. C’est la colère qui poussera les Catalans aux urnes et le résultat pour la sécession pourrait être élevé. Imaginez le chaos, que provoquerait la non-reconnaissance de l’État catalan. Pour les Kurdes, on peut d’ores et déjà affirmer que peut importe les résultats : l’existence de ce peuple a peu de chance d’être reconnu. Dans ce contexte, je ne peux pas m’empêcher de conclure en faisant un parallèle avec la situation du Québec au sein du Canada. Dans ce pays, le gouvernement fédéral s’est même doté d’une loi, en 2000, pour bloquer toute velléité d’indépendance du Québec, du moins de la rendre pratiquement impossible. Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est la consécration mondiale de la fin du principe à l’autodétermination des peuples. Désormais, l’indépendantiste est vu comme une tare à abattre, un ennemi à discréditer. Dans ce contexte, je me sens « indépendantriste

*Je me suis inspiré d’une chanson écrite en 1992 par Robert Charlebois pour le titre de cette chronique.
**L’Espagne n’est pas vraiment une fédération, ce qui la rend indivisible selon le gouvernement de Madrid.

 

Nouvelles de la semaine ( 2 au 12 septembre 2017)

  1. Mugabe de retour en 2018 ( 2 septembre 2017 ) : Le plus vieux dirigeant de la planète, le Zimbabwéen Robert Mugabe 93 ans briguera un autre mandat à la tête de ce pays d’Afrique. Il est Président de ce pays depuis 1987 et veut y rester jusqu’à son 100e anniversaire. Après trente ans à la tête d’un pays, est-ce qu’on appelle ça encore une démocratie ?
  2. Kim Jung-Un remet ça ( 3 septembre 2017 ) : La Corée du Nord vient de faire un sixième essai nucléaire. Les tests s’accélèrent et les explosions sont de plus en plus fortes. Après le tir d’un missile balistique au-dessus du Japon la semaine dernière, il faudra que la communauté internationale réagisse avant qu’il ne soit trop tard. Puisque les sanctions économiques ne semblent pas avoir vraiment d’impact sur la dictature nord-coréenne, il serait probablement le moment d’envisager la solution militaire ?
  3. Ouverture d’une enquête sur l’attribution des JO de 2016 ( 5 septembre 2017 ) : Une enquête vient d’être ouverte sur les irrégularités sur les Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Avec toutes les odeurs de corruption qui émanent de cet État, ce n’était qu’une question de temps avant que l’on s’intéresse à ce sujet. Il est à noter que le pays avait été l’hôte de la coupe du monde de soccer en 2014 et que les scandales de corruption se multiplient.
  4. Trump va mettre fin au programme sur les Dreamers ( 6 septembre 2017 ) : Ce programme qui avait été décrété par Barack Obama en 2012 et qui venait régulariser la situation de 800 000 immigrants sera graduellement aboli. Ce programme venait régulariser la situation d’immigrants illégaux qui étaient arrivés en bas âge aux États-Unis. Ça sera le retour aux limbes pour bien des gens d’ici quelques années.
  5. Crise du Golfe ( 7 septembre 2017 ) : Après un premier contact, afin de rétablir les relations avec le Qatar, l’Égypte, l’Arabie Saoudite, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont coupé la communication. Rappelons que ces pays avaient rompu leurs relations diplomatiques, en raison de la trop grande proximité du pays avec les extrémistes islamiques et l’Iran.
  6. De Nobel à bourreau ? ( 8 septembre 2017) : La dirigeante de la Birmanie et récipiendaire d’un prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kii, est fortement critiquée. Son gouvernement est soupçonné de pratiquer un nettoyage ethnique à l’encontre de la minorité musulmane Rohingya. 260 000 membres de cette ethnie se sont réfugiés au Bangladesh et l’ex-nobélisé ne veut même pas dénoncer la situation.
  7. Irma frappe la Floride et les Antilles( 9 septembre 2017) : Après avoir semé la désolation dans la mer des Caraïbes, les Keys ont été frappés samedi dans la nuit. Le Président des États-Unis a décrété un état d’urgence de catastrophe naturelle. Heureusement pour les Floridiens que José n’a pas décidé d’aller les visiter aussi.
  8. Pyongyang menace Washington (10 septembre 2017) : Le régime nord-coréen vient de lancer une série de menaces. À la demande de Washington, le conseil de sécurité de l’ONU se réunira lundi pour lancer une nouvelle série de sanctions à l’égard de ce régime. C’est dans ce contexte que la Corée du Nord a lancé les menaces suivantes :« Les mesures qui seront prises causeront aux États-Unis la plus grande des souffrances et des douleurs de toute leur histoire. Que voulez-vous dire de plus
  9. Laurent fête son 11e anniversaire ( 11 septembre 2017) : C’est l’année chanceuse de mon garçon gardien de but. J’ai réalisé aujourd’hui, en donnant mes cours, que des élèves à qui j’enseignais étaient nés le 11 septembre 2001. C’est fou comment le temps passe vite, car j’enseignais à ce moment…
  10. Des sanctions pour la Corée du Nord (12 septembre 2017 ) : Dans une rare unanimité, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé d’imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord. Après les menaces de la dernière fin de semaine, j’ai hâte de voir la réaction de Kim Jong-Un. Hâte étant un bien grand mot…

 

Les nouvelles de la semaine (19 août au 1er septembre)

N.B. Une longue semaine d’actualités… Bien que je vais introduire une nouvelle façon de faire, je vais tout de même continuer d’écrire.

  1. Manifeste du citoyen congolais (19 août 2017) : C’est à Paris qu’a eu lieu la présentation d’un manifeste pour lancer un mouvement de contestation pour se débarrasser du Président Joseph Kabila et de mettre fin aux décennies de violence. Il s’agit d’une initiative intéressante pour sensibiliser les gens à ce qui se passe dans ce pays, mais tant que la communauté internationale appuiera Kabila et son allié rwandais, Paul Kagamé, il sera difficile de mettre fin à ce cercle vicieux.
  2. Négociations de l’ALENA (20 août 2017) : Selon certaines rumeurs, le Président des États-Unis voudrait mettre fin à l’entente de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Doit-on s’inquiéter des menaces du Président américain ? Oui, il faut s’inquiéter, car le Président a le pouvoir de retirer les États-Unis de cette entente. Dans la réalité, il serait étonnant que les lobbys d’affaires ne réagissent pas à cette abomination que serait la résiliation de ce traité. Pour l’heure, les négociations se poursuivent, malgré les inquiétudes des différents acteurs de l’économie.
  3. Trump fixe les nouveaux paramètres de l’intervention en Afghanistan (21 août 2017) : 3 500. C’est le nombre de soldats américains supplémentaires qui seront déployés en Afghanistan. De plus, les États-Unis vont mettre davantage de pression sur le Pakistan, afin qu’il cesse de collaborer avec les terroristes.
  4. Éclipse solaire (22 août 2017) : Je me souviens, lorsque j’étais petit, qu’il était formellement interdit de regarder le ciel lors d’une éclipse. Nous ne sortions même pas de la maison, de peur de devenir aveugles. Les parents d’aujourd’hui sont sans aucun doute plus permissifs que ceux de l’époque.
  5. Tensions sur le plafond de la dette (24 août 2017 ) : Les tensions sont vives au sein des rangs républicains. En effet, le gouvernement américain doit composer avec une loi qui peut être modifiée seulement par le Congrès. Pour l’instant, le plafond est fixé à 19 800 milliards de dollars. D’ici la fin septembre, le gouvernement pourrait tomber en défaut de paiement, si le Congrès n’en vient pas à un accord. Rappelons que le Président Obama avait dû se battre à plusieurs reprises sur cette question. Parions que les démocrates ne feront pas de cadeau sur cette question.
  6. Combat McGregor-Mayweather (26 août 2017 ) : C’est le combat de boxe le plus lucratif de l’histoire. Il faut savoir qu’il n’opposait même pas deux boxeurs…
  7. L’ouragan Harvey frappe le Texas (27 août 2017 ) : Le Texas est inondé pas à peu près. Selon les derniers chiffres du 29 août, il était tombé 130 centimètres d’eau. Comme l’a déjà dit Moose Dupont : c’est de l’e….en tabar…!!! La population blanche du Texas devrait mieux s’en sortir que les Noirs de la Louisiane, lors de l’ouragan Katrina.
  8. La Corée du Nord lance un missile au-dessus du Japon (28 août 2017) : Une autre provocation du leader nord-coréen. Le Président américain a évoqué ne pas exclure aucune option sur la question. Nous avons le droit d’être préoccupés par cette escalade, mais il faut se rappeler que ces deux leaders sont engagées dans un conflit de la rhétorique.
  9. Macron dévoile son conseil présidentiel pour l’Afrique ( 29 août 2017) : Il s’agit d’un conseil pour établir un canal de communication entre l’Afrique et la France. Est-ce que le Président français serait en mode néo-néocolonialisme ?
  10. L’ONU unanime sur la Corée du Nord (30 août 2017) : Le Conseil de sécurité de l’ONU a été unanime au sujet des dernières provocations de Pyongyang. Bien que la condamnation soit unanime, les options sont limitées. Plusieurs intervenants en appel à la discussion pour une solution pacifique. Pour d’autres, l’application de sanctions économiques sévères serait le moyen à privilégier. Pour ça, il faut convaincre la Chine du bien-fondé de tout cela. Plus le temps passe et plus je pense qu’il n’y a pas d’issues. Une bête qui se sent traquée peut commettre l’irréparable !
  11. Vingtième anniversaire de la mort de la princesse Diana (31 août 2017) : Étant un antimonarchiste, cette nouvelle m’a toujours laissé indifférent. Ce que je veux illustrer ici, c’est le temps qui passe. Je me souviens exactement de l’endroit où j’étais le 31 août 1997 et nous nous retrouvons 20 ans plus tard. Ça passe vite les amis!
  12. La Cour suprême du Kenya annule l’élection du 8 août (1er septembre 2017) : C’est dans une décision historique que la CS du Kenya a annulée la réélection du Président sortant, en raison des nombreuses irrégularités du scrutin. Dans ce contexte, il devra y avoir de nouvelles élections d’ici 60 jours. Est-ce une nouvelle réconfortante pour la démocratie kenyane ? La réponse dans les prochaines semaines!

 

Les nouvelles de l’été selon…

Bonjour à tout le monde,

Aujourd’hui je lance un nouveau mode de fonctionnement sur les chroniques du monde contemporain. Comme je suis de retour au travail, je vais mettre à contribution mes étudiants. Le premier travail que je leur propose, sera de répondre à la question suivante : Quelle a été, selon vous, la nouvelle la plus importante de l’été ?

Des Haïtiens et des intolérants

Depuis plusieurs semaines la frontière du Québec est assailli par un flot de personnes d’origine haïtienne. Évidemment, cette flambée migratoire n’est pas sans faire ressortir un débat d’actualité : l’immigration. Afin de bien saisir les enjeux de cette question, il faut rechercher au-delà du débat polarisé entre les mondialistes et les nationaux. D’un côté, il y a ceux qui seraient prêts à accueillir quiconque se présente à la frontière et de l’autre, ceux qui voudraient renvoyer ces gens. Le débat que nous avons de ce côté de la frontière, est le même que celui qui a fait rage au lendemain des événements de Charlottesville aux États-Unis. Il y a un malaise important sur cette question et les positions semblent irréconciliables. Ceci dit, j’aimerais répondre à deux questions sur l’immigration, histoire de sortir de ces chicanes acrimonieuses et stériles. Une stérilité provenant de l’incapacité de certains intervenants à accepter des points de vue divergents.

Qu’est-ce qui explique cet afflux soudain d’immigrants haïtiens à la frontière canadienne ?
Tout d’abord, le contexte américain n’est pas très favorable pour les immigrants. Rappelons que le Président a tenté de mettre des restrictions importantes pour les immigrants originaires de sept pays musulmans. À cela s’ajoute la volonté présidentielle de renforcer la sécurité à la frontière avec le Mexique. Il va s’en dire que le contexte américain n’est pas très favorable pour les immigrants, car les politiques de l’administration américaine introduisent un climat de méfiance à l’égard de l’immigration. Les derniers événements de Charlottesville viennent donner un peu de poids à cet argumentaire, d’autant plus que le Président a eu énormément de difficulté à dénoncer les actions des suprémacistes blancs et des néonazis.

Ensuite, il y a l’entente entrée en vigueur en 2004 entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs. Selon cette entente, les demandeurs d’asile doivent faire la demande dans le premier pays où ils arrivent. C’est pour cette raison que les migrants haïtiens parcourent de longues distances pour arriver à la frontière canadienne. Une fois arrivés en sol canadien, les migrants font une demande d’asile* au Canada. Il est à noter qu’un demandeur d’asile ne peut pas faire une demande aux États-Unis et ensuite au Canada. Étant donné que le Canada est perçu, à l’étranger, comme un pays ouvert et tolérant, les Haïtiens choisissent de venir au Canada, plus particulièrement au Québec, d’autant plus que la diaspora haïtienne y est importante.

Peut-on encore remettre en question l’immigration ?
Depuis le lancement des chroniques du monde contemporain, j’ai écrit trois textes sur cette question. Ma thèse que j’ai développée dans le texte, réflexion sur l’intolérance, évoquait le manque de tolérance à l’égard des positions nationalistes. Dès que quelqu’un en appel à une révision des seuils migratoires ou à une réflexion sur l’immigration, il est tout de suite taxé d’«intolérant» ou de « xénophobe ». Est-ce que le débat est encore possible sur cette question ? Dans un contexte où s’amorce, à l’automne, une consultation sur le racisme systémique qui sévit au Québec, j’ai de la misère à croire que l’exercice se termine avec autre chose qu’une espèce de sanction collective à l’égard du nationalisme québécois.

Le débat qui fait rage sur la question de l’immigration n’en est pas vraiment un, car il ne laisse pas de place pour des positions mitoyennes. Entre les apôtres du multiculturalisme à tout crin et les suprémacistes blancs, il doit y avoir un espace pour le débat public. Un espace où l’on discute et où on n’est pas toujours en train de caractériser l’autre d’intolérant et de créateur d’amalgames.**Enfin, aux yeux des mondialistes, je me demande s’il est encore possible de s’affirmer nationaliste, protecteur de la langue française et de notre identité, sans être considéré comme étant raciste.

*Il est important de savoir qu’une personne qui demande l’asile, peut le faire dans un contexte où sa vie est en danger. Les conditions économiques ne sont pas du tout considérées à ce niveau.
**Qui suis-je ? J’aime utiliser ce mot à toutes les sauces.

https://chroniquesdumondecontemporain.com/2017/03/17/le-populisme-un-danger-pour-notre-civilisation/ (Réflexion sur l’intolérance)
https://chroniquesdumondecontemporain.com/2017/03/28/louverture-des-frontieres-nest-pas-un-remede/ (L’ouverture des frontières n’est pas un remède)
https://chroniquesdumondecontemporain.com/2017/05/03/les-nationaux-et-les-mondialistes/ (Les nationaux et les mondialistes)

 

Nouvelles de la semaine (12 au 19 août 2017)

  1. Bannon quitte le navire (18 août 2017 ) : L’architecte de la victoire de Trump aux dernières élections a été remercié. Le controversé conseiller ne faisait plus vraiment l’unanimité au sein de l’administration. Rappelons qu’il était à la barre du site internet Breitbart. Site adepte de positions de l’extrême droite et des théories du complot.
  2. Attentats de Barcelone (17 août 2017) : La capitale catalane a été frappé par l’EI. Bilan : 14 morts et 120 blessés. C’est le lieu touristique très fréquenté de la Ramblas qui a été la cible des terroristes. La cellule a été démantelée, mais le mal est fait. L’organisation terroriste perd du terrain en Syrie et en Irak, mais il ne faut jamais oublier que l’organisation islamique connaît aussi le concept de mondialisation.
  3. Trump isolé (16 août 2017) : Dans la foulée des événements de Charlottesville, le Président est revenu sur sa condamnation des actes qui se sont produits, en blâmant les deux côtés pour leurs actions. Le Président vient de commettre l’irréparable, car il vient d’être abandonné par le monde des affaires. En effet, il a dû abolir deux conseils économiques qu’il avait formés en raison de la défection de plusieurs dirigeants d’entreprises. La présidence de Trump, qui devait se faire en harmonie avec le monde des affaires, bat de plus en plus de l’aile. Après six mois à la barre des États-Unis, il semble que le Président soit de plus en plus isolé et que les trois prochaines années et demie ressembleront à une traversée du désert.
  4. Attentats au Nigéria (15 août 2017) : Le jour de la réunion de l’ONU au Mali pour la création du G5 Sahel, un triple attentats a fait 28 morts et 82 blessés au Nigéria. C’est le groupe islamiste Boko Haram qui a revendiqué ces actions. Rappelons que ce groupe avait prêté allégeance à l’EI en 2016 et qu’il c’était fait connaître avec l’enlèvement de 276 lycéennes en 2014. Pendant ce temps, la création du G5 Sahel est toujours incertaine, car il manque encore les trois quarts du budget.
  5. Attentats à Ouagadougou et Tombouctou (14 août 2017) : 18 morts dans un café de Ouagadougou au Burkina Faso et 9 morts à Tombouctou, contre la mission des Nations unies au Mali. Ces attentats surviennent à quelques heures d’une importante réunion de l’Onu qui doit mener à la création d’une force spéciale africaine.(G5 Sahel) Cette force devrait être opérationnelle à l’automne et aura comme mandat de lutter contre le Djihadisme qui prend de l’expansion sur le territoire du Sahel. Pour l’instant, il n’est pas assuré que l’on puisse créer cette force d’intervention, en raison du financement qui reste incertain. Lorsque l’on parle de la faim dans le monde et de l’Afrique, on a toujours de la difficulté à réunir des sommes suffisantes. Vous saviez que l’enfer était pavé de bonnes intentions ?
  6. Rassemblement des suprémacistes blancs : (13 août 2017 ) L’état d’urgence vient d’être décrété à Charlottesville en Virginie. Des membres du KKK et des néonazis ont organisé une manifestation pour contester le déboulonnement de la statue du général Lee. Est-ce que vous vous souvenez de la série « The Dukes of hasard » ? (Shérif fais moi peur.) Sur l’auto des personnages principaux, il y avait un drapeau de confédérés qui représentait les sudistes de la guerre de sécession. Ceux qui se sont battus pour maintenir l’esclavage. Le Président américain a pris deux jours pour condamner ces groupes pour leurs actions.
  7. Trump et le Vénézuela 12 août 2017 : Trump vient d’évoquer une intervention militaire au Vénézuela. C’est sûr que ça règlerait sûrement la situation… On se croirait dans un épisode de « The apprentice ». Sérieusement, il y a combien d’interventions militaires qui ont amené la paix et la démocratie dans un pays ? Au Rwanda monsieur… Ouais, mais ça ressemble de plus en plus à une dictature dans ce pays. Plus le temps passe et plus je me questionne sur la capacité de Donald Trump à diriger un pays comme les États-Unis. C’est bien beau d’écrire des Tweets, mais à un moment donné, il faut livrer la marchandise et arrêter de donner un show. Ce qui se passe au Vénézuela, c’est un problème qui regarde les Vénézuéliens. C’est tout… Ceci dit, il serait étonnant que Maduro puisse ramener la pays sur les rails et continuer de diriger en toute légitimité.

Des nouvelles de l’été

Bilan des chroniques

Après près cinq mois de chroniques du monde contemporain, il est maintenant l’heure de bilan, d’autant plus que mon congé tire à sa fin. C’est près de 11 000 vues et plus de 7500 visiteurs qui ont fréquenté le site. Malgré ce succès relatif, il faut que j’entrevoie la suite des choses d’une manière différente. Puisqu’il n’y a aucun quotidien à grand tirage qui a fait appel à mes services, je me vois dans l’obligation de recommencer à travailler. À partir de là, je vais manquer de temps et je ne pourrai pas continuer au même rythme. C’est dans cet esprit que je vais travailler différemment dans les prochaines semaines. Les longues chroniques seront remplacées par des commentaires plus courts sur l’actualité. Tout ce que j’espère, c’est que les chroniques du monde contemporain puissent survivre à mon retour au travail, d’autant de plus que j’ai eu beaucoup de plaisir à produire ces textes. Enfin, merci à tous ceux qui ont suivi mes activités depuis le début.

Des nouvelles de l’été

  1. Liu Xiaobo est mort : C’est dans l’indifférence totale du monde occidental que le militant chinois est mort d’un cancer du foie. Il avait commencé sa carrière de militantisme lors des événements tragiques de la place Tiananmen en 1989. Son dernier crime : avoir lancé une pétition pour réclamer une démocratie en Chine. Il avait d’ailleurs reçu le prix Nobel de la paix en 2010 , lorsqu’il venait de commencer à purger ses onze années de prison. Sa mort vient de mettre fin à une page de l’histoire de la Chine. Une histoire qui aurait pu voir l’émergence d’une démocratie où les droits des êtres humains sont respectés. Qu’à cela ne tienne : « Moneytalks ».
  2. Guerre de mots entre Kim et Trump : La Corée du Nord menace de lancer un missile sur l’Île de Guam. Les États-Unis répondront avec le feu et la fureur, selon Trump. À un moment donné, il y’a quelqu’un qui va l’échapper. Peu importe, plus l’attention est portée sur ce sujet et moins on parle de l’intervention russe dans la dernière élection présidentielle.
  3. La Palestine et Israël : Encore une fois, les tensions ont été ravivées à Jérusalem au courant de l’été. Comme enseignant, j’aime beaucoup cette question, car elle revient toujours dans l’actualité. Israël va fêter le 70e anniversaire de sa création l’an prochain et la paix n’y sera pas avant le 100e…Il me reste 15 ans à travailler…
  4. Lula en prison : L’ex leader charismatique du Brésil vient d’être condamné à huit ans de prison pour corruption. Ce pays est en crise et les scandales se multiplient. Roussef a été destituée, Temer pourrait faire face à la justice, de même que le tiers des députés. Et si Lula allait en appel de sa sentence, il pourrait revenir pour les élections de 2018. C’est ce que souhaite bien des Brésiliens, malgré les odeurs de corruption.
  5. Le Vénézuela au bord du chaos : Le pays est en crise depuis des mois et la guerre est ouverte entre l’opposition et le président Maduro. La crise a pris de l’ampleur depuis que la procureure générale du Vénézuela, Luisa Ortega, a commencé à critiquer le gouvernement pour la trop grande proximité entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Cette ancienne sympathisante de Hugo Chavez a d’ailleurs été limogé par l’Assemblée le 5 août dernier. Le pays s’enfonce dans la dictature.